Janvier 2020 :Deux ans après leur arrivée en France, CINGAL et MONOVISC confirment leur position de produits leaders parmi les acides hyaluroniques destinés au traitement de l’arthrose par infiltrations intra-articulaires.

Il y a deux ans, Pharmadyne décidait de mettre à la disposition des médecins et patients français, une gamme de produits de visco-supplémentation de 3ème et 4ème générations destinés à soulager les douleurs arthrosiques par infiltrations intra-articulaires.

A cette occasion, Lucas ROSOOR le Président de PHARMADYNE nous fait part des enseignements qu’il tire de ce lancement. Il nous explique pourquoi, selon lui, CINGAL et MONOVISC se sont très rapidement imposés comme des produits leaders de référence parmi les médecins et les patients.

Marie Vincent :

Il y a deux ans, PHARMADYNE décidait de lancer CINGAL, MONOVISC ORTHOVISC-T et ORTHOVISC sur le marché français de la visco-supplémentation. Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez décidé d’engager PHARMADYNE sur cette voie ?

Lucas Rosoor

Je dois tout d’abord revenir sur le contexte de l’époque : 2018 coïncide avec la décision du gouvernement de dérembourser les produits destinés à traiter les symptômes de l’arthrose (en particulier les douleurs arthrosiques) par infiltration d’acide hyaluronique dans les articulations. C’est important car, dès que cette décision a été entérinée, le marché français a été “innondé” de produits de visco-suplémentation. La plupart de ces produits étaient plutôt low-cost et sans efficacité démontrée. Ils cherchaient avant tout à répondre à l’inquiétude des praticiens qui se demandaient comment ils allaient pouvoir décider les patients à payer entre 100 et 200 € de leur poche par articulation pour un traitement qui ne leur coûtait rien avant.

Par ailleurs, avec notre gamme d’antalgiques de palier 3 destinés à soigner les douleurs chroniques sévères, nous étions déjà présents sur la marché de la douleur chronique. Soulager les douleurs, aider les patients à vivre mieux voire normalement avec leur maladie fait partie de l’adn de Pharmadyne.

Nous avons donc étudié avec beaucoup d’attention la gamme de produits de visco-suplémentation que nous a proposée ANIKA Therapeutics, le fabricant américain de CINGAL, MONOVISC, ORTHOVISC-T et ORTHOVISC. Et suite à cette étude nous avons confirmé notre volonté de mettre ces produits à la disposition des patients français.

Il nous a semblé en effet qu’il y avait un “trou dans la raquette” malgré l’offre pléthorique de tels produits :

  • Tout d’abord, évidemment, CINGAL étant unique au monde, puisque c’est le seul produit qui combine un corticoïde avec l’acide hyaluronique pour un effet plus rapide et efficace que les autres produits, sa présence en France est un plus pour les patients.
  • Ensuite, sur la marché plus spécifique de la Mono injection (une seule infiltration au lieu de 3 ou 4 pour la multi injection), MONOVISC et CINGAL ont fait l’objet d’études cliniques d’efficacité contrairement à la plupart des autres produits. Fidèles à nos valeurs, nous souhaitions traiter les produits de visco-supplémentation avec le même degré d’exigence que nos médicaments.

MV

Quels sont les principaux enseigements que vous retirez de ces deux premières années de commercialisation en France de vos produits CINGAL, MONOVISC, ORTHOVISC-T et ORTHOVISC ?

LR

Je commencerais par notre plus grande fierté : Nous avons effectivement mis à disposition des français qui souffrent de douleurs liées à l’arthrose des médicaments qui leur permettent,le plus souvent, d’être vraiment et durablement soulagés et de retouver de la mobilité. Et les résultats sont encore plus remarquables avec CINGAL car il y a en plus la rapidité d’action. Avec le recul, les chiffres de 90% d’efficacité de nos produits (à comparer au 60-70% classiquement admis pour les infiltrations d’acide hyaluronique), confirment ce qui était attendu au vu des études cliniques d’efficacité.

Nous sommes également très satisfaits du système que nous avons mis en place pour que les patients puissent se procurer nos produits dans les meilleures conditions : Le fait de proposer nos produits, soit en officine, soit en commande directe par le patient à notre laboratoire, y compris en commandant via notre site internet est un plus très apprécié. En particulier, les patients qui commandent directement chez nous plébiscitent ce système car il leur assure un prix fixe et connu d’avance et un service client qui est un réel “service au client”.

Pour nous, c’est intéressant car celà nous permet de conserver un contact direct avec les patients. Je pense qu’il est toujours important de connaître ses “consommateurs”.

MV

Dans les chiffres, comment se traduit la position de leader que vous évoquez pour vos produits ?

LR

C’est très simple : pour nos deux produits de Mono injection, nos produits phares, chaque semestre nos ventes doublent depuis le début. Ceci démontre que quand un médecin a décider d’essayer CINGAL ou MONOVISC, il reste fidèle à nos produits, ce qui n’est pas étonnant au vu des retours positifs des patients qui ont eu la chance de bénéficier de l’un de nos produits.

MV

C’est en effet une croissance impressionante. Comment envisagez vous l’avenir de la gamme PHARMADYNE de produits de visco-supplémentation?

LR

Et bien nous allons continuer sur notre lancée !

Nous allons également élargir notre cible de prospection : jusqu’ici nous nous sommes focalisés sur les rhumatologues qui, en France sont les principaux prescripteurs / praticiens des actes de visco-supplémentation.

Néanmoins, et c’est surtout vrai pour CINGAL, nous avons une demande de plus en plus forte de la part des médecins du sport. Cela a commencé par des demandes ponctuelles pour des sportifs professionnels et maintenant nous avons des médecins du sport qui utilisent quitidiennement nos produits pour soigner leurs patients “Monsieur et Madame tout le monde”, car ceux-ci peuvent retrouver une mobilité qui leur permet de continuer à pratiquer leur activité favorite, randonnée, vélo, course, voire tout simplement se promener avec leurs petits enfants. Nous allons donc intensifier notre communication auprés des médecins du sport.

Nous allons également rencontrer les chirurgiens orthopédiques que nous avons peu vus pour le moment. L’un des principaux objectifs de la visco-supplémentation reste quand même de retarder au maximum la pose d’une prothèse qui reste un acte chirurgical lourd avec un rééducation longue. Mais pour celà il faut des produits réellement efficaces, pour gagner des mois voire des années malgré l’évolution de l’arthrose.

Dans beaucoup de pays, la visco-supplémentation est utilisée en première intention par les chirurgiens pour les arthroses de stades 1,2 ou début de stade 3. En France, nous avons une culture un peu différente. Nous allons donc tout faire pour que CINGAL, MONOVISC ou ORTHOVISC soient proposés aux patients par leurs chirurgiens.

février 3, 2020