La douleur – Vivre mieux tous les jours

J’ai mal Docteur.

La douleur est un des principaux motifs de consultation médicale. C’est un “lanceur d’alerte” qui nous indique que quelque chose ne va pas.

Durant des siècles, par manque de moyen, ou par conviction, le seul moyen utilisé pour soulager le patient douloureux a été d’en supprimer la cause (guérison, rémission, cicatrisation…).

Aujourd’hui, l’arsenal permettant de soulager la douleur s’est considérablement enrichi et, parce que nous vivons plus longtemps, nous souffrons plus souvent et plus longtemps d’affections chroniques plus ou moins graves.

Ainsi, soulager la douleur est devenu un acte thérapeutique à part entière. Si rechercher la guérison complète d’un malade reste une priorité, lui permettre de vivre mieux tous les jours en limitant au maximum sa douleur est un acte médical qui a gagné toutes ses lettres de noblesse.

J’ai encore mal Docteur

Quand une douleur dite “aiguë”, symptôme souvent utile au praticien pour poser son diagnostic, s’installe et dure plus de trois mois, on la qualifie de “chronique”. La plupart du temps, les douleurs chroniques sont dues à des causes qu’on ne peut pas éradiquer à court terme : pathologie résistante aux traitements, effet secondaire d’un traitement indispensable,.. ou tout simplement cause inconnue.

Soulager le patient de cette douleur chronique devient alors une priorité.

En fonction des cas, le praticien choisira la façon de prendre en charge la douleur la plus adaptée au cas du patient.

Mesurer la douleur

Pour prendre en charge la douleur, le praticien aura souvent besoin d’en mesurer l’intensité.

Quelle que soit son origine, la douleur est une expérience subjective dont la perception diffère pour chaque individu. C’est un phénomène complexe qui repose sur le vécu de chacun et qui subit l’influence de facteurs environnementaux, professionnels, familiaux, sociaux et culturels, passés ou présents.

Les méthodes de mesures ne peuvent donc pas s’appuyer sur la caractérisation du stimuli cause de la douleur pour en déduire l’intensité. Seul le patient peut caractériser sa douleur.

Depuis une cinquantaine d’année, une méthode d’évaluation dite Echelle “EVA” est couramment utilisée pour mesurer l’intensité de la douleur.

L’Echelle Visuelle Analogique

C’est la plus utilisée et la plus fiable. Elle se présente sous forme d’une ligne droite de 100 mm. A l’une des extrémités est indiqué : absence de douleur, à l’autre : douleur insupportable. Le patient place une marque entre ces 2 extrémités en fonction de l’intensité de sa douleur à un temps donné. En pratique, il s’agit d’une petite réglette en plastique munie, sur une face d’un curseur mobilisé par le patient, sur l’autre de graduations millimétrées lues par le soignant.
Elle a été mise au point pour la cotation de la douleur par Huskisson en 1974.

Laboratoire PharmadyneTéléphone :  01 45 26 99 50

Commander un produit

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.